D’emblée, il existe deux types de traitements plasma. Le premier est désigné par « traitement sous vide » alors que le second est connu sous l’appellation « traitement plasma sous pression atmosphérique ». Dans les deux cas, les actions du plasma demeurent quasi similaires. Si les particules réactives que le faisceau contient permettent d’actionner puis de peaufiner le travail, l’air comprimé accéléré élimine chacune des petites parcelles les plus tenaces qui se fixent à la structure. Néanmoins, dans la pratique, le système est bien plus complexe.

Comment fonctionne-t-il ?

En mettant de côté le système corona, le traitement de surface par PlasmaBeam est très apprécié des industriels. Cela est dû à la performance qu’il affiche, et ce, depuis sa conception il y a de cela quelques années. A part les métaux, il permet de nettoyer plusieurs substances. Cela peut aller du verre, de la céramique, sans parler des matières hybrides que les ouvriers côtoient au quotidien au sein de l’atelier de maintenance industrielle. Par ailleurs, il existe plusieurs appareils destinés à cet effet comme le rideau sous pression atmosphérique. Le rendu est impec, et ce, sans que l’on ait recours à des dérivés chimiques pour astiquer son robot.

Pour le cas des polymères, particulièrement, la rugosité de la surface ne rend pas la tâche facile aux imprimeurs, qui sont dans l’obligation d’investir dans plus d’outillages et de substrats pour un résultat acceptable. Le traitement plasma est indispensable dans la mesure où son action thermique de décontamination à basse pression impacte directement sur la faculté d’adhésion du pré-produit. Cette méthode ne risque pas de détériorer votre matériel. Au contraire, ce dernier sera rajeuni et défaits de tous types de contaminants organiques.

Quels sont ses atouts ?

Aujourd’hui, tous les moyens conviennent pour se démarquer de la concurrence. D’ailleurs, que dites-vous de décupler la qualité de vos produits de sérigraphie ? Ce qu’il vous faut, c’est un appareil de traitement plasma. Avant de procéder à l’impression, un passage à la torche plasma atmosphérique favorisera la mouillabilité ainsi que l’adhésion de l’encre, de la colle ou bien de la peinture à la dite surface. En ce qui concerne ce produit signé Acxys, il se distingue des autres modèles de par sa souplesse et sa flexibilité à l’usage. Il suffit de le brancher sur un courant monophasé de 230V pour l’actionner.

Et ses limites ?

Contrairement au système corona qui admet le traitement de surfaces plus ou moins grandes, la seule critique que l’on peut faire à l’encontre du traitement plasma est le fait que celui-ci n’arrive à assainir qu’une surface de 60 cm de large en moyenne. Néanmoins, au visu du développement rapide du secteur, l’on retrouve déjà de nouveaux systèmes permettant de solutionner à ce problème. Il peut s’agir de « systèmes plasma multi-torches » ou de « systèmes plasma piezoélectrique ». Les premiers permettent le traitement des surfaces sinueuses mais également des surfaces planes. Mais le plus important, c’est qu’ils ne sont pas aussi coûteux qu’on ne le pense.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *